LE BLASON DE NOUÂTRE

 

 

 

 

 

 

Description du blason
D'argent à une motte de sinople issant de la Pointe surmontée d'un noyer du même fruité d'or à la bordure d'azur chargée de cinq anneaux d'argent posés en orle et d'une Notre-Dame tenant l'enfant Jésus d'or au canton du Chef dextre.


Ornements extérieurs
L'écu est surmonté d'une couronne murale d'or, à trois tours crénelées, ouvertes et maçonnées de sable. Elle symbolise la ceinture de remparts qui préserve la cité contre les ennemis du dehors; elle est un souvenir des divinités latines, gardiennes tutélaires que l'on représentait couronnées de tours. Elle rappelle surtout la ville de Noastre qui anciennement était close et circuitée de murailles, ainsi que l'abbaye de Noyers avec tourelles, contreforts et chemins de ronde garnis de créneaux.
En pointe, un listel d'argent aux retroussis de gueules mentionne: "Ville de Nouâtre" car c'est bien sous cette dénomination qu'on la désignait au XVIIe siècle, le 14 aoust 1696, ville de Nouastre.


Symboles de la composition
La motte fait allusion aux deux têtes de Pont, deux énormes mottes bâties par Foulques Nerra (appelée improprement pour l'une: Tumulus ou Calvaire de Nouâtre et la Motte) pour s'assurer le passage de la Vienne, point d'une extrême importance.
Le noyer rappelle l'origine du nom de la localité. Quant à l'abbaye et paroisse de Noyers, c'est la même origine: pays fertile en noyers qui vraisemblablement donna leur nom à la contrée selon l'abbé C. CHEVALIER. ,
Le noyer aime les montagnes et hait les eaux, c'est pourquoi il est représenté sur la motte dans l'écu de Nouâtre.
La noix sert d'armes parlantes. Elle fait penser à une conception analogue à celle de l'œuf cosmique qui se sépare en deux moitiés pour donner naissance au ciel et à la terre.
Notre-Dame tenant Jésus, parce que dès l'antiquité, sans en fixer de date, existait à Noyers une petite église dédiée à la Sainte-Trinité et à Notre Dame. Noyers avec l'abbaye qui était paroisse fut supprimée après la Révolution et fut rattachée à la nouvelle commune de Nouâtre rappelant ainsi l'ancienne juridiction des lieux.
Aucune allusion, n'est faite aux reliques de Saint Révérent dont on ne sait ce qu'il en reste avec exactitude ou du moins en ce qui concerne le crâne dont Saint Jean d'Angély possédait également le crâne. On peut seulement rappeler une procession qui se faisait le jour de la fête du Saint, le 12 septembre, où l'on portait ses reliques. Quant à la Fontaine miraculeuse qui guérit de la folie, le défaut de preuve ne permet pas de constituer l'authenticité du culte rendu à ce saint, malgré un infinité de guérisons rapportées. Seuls subsistent les restes d'un petit monument érigé par la famille d'Argenson sur la fontaine de Saint-Reverend ; et les anneaux de fer, tout autour de la nef qui auraient servi à attacher les fous que l'on amenait dans le but d'obtenir leur guérison.
La fontaine ne peut pas être représentée sous l'arbre dans l'écu de Nouâtre, car le noyer hait les eaux. Les anneaux tout autour de l'écu rappellent Saint-Révérend, pour la guérison de la folie.

 

Site réalisé par . Pour me contacter A bientôt